Plage 18 : Visite au Front en 1916

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

/ ch’était en / en seize / ch’était en seize / pasque il a v’nu en dix-sept après li / en comment / en convalescence / [il ‘tait malade] / il ‘tait malade il ‘tait à l’infirm’rie ch’était un hôpital mais il ‘tait rarrivé à l’infirm’rie / ch’était la maison où qu’ch’est qu’Napoléon trois a fait ses études / je me suis assise sous l’banc iou qué ch’est que Napoléon trois sous l’âbre dans l’âbre dans la couo / oui / à Brienne el’ château / dans l’Aube / alors j’m’en vas bien entendu / [c’est pour ça qu’vous avez d’l’intelligence comme ça] / ah oui / l’intelligence développée / comme eune foutue bête / [rire] / non mais enfin pour dire / j’avais jamouais été à Paris ni rien mè / j’monte dans l’petit train là / et pu là / pasque j’avais drè / i m’avaient envié des papiers qu’étaient signés du major tout cha / j’avais droit à payer quart de plache / il ont pas voulu m’faire pouayer quart de place au Molay / il ont pas voulu / i sont pu bête qué d’aut’ part / [vous avez tout payé] / oui oui j’ai payé / pour aller jusqu’à Paris comme cha / et pu après cha quand j’ai arrivé à Paris j’ai montré mes papiers / i m’ont fait payer quart dé plache pour aller là-bas / et pu i m’dit quand vous allez rarriver là-bas / à vot’commune / i vont être obligis d’vous rembourser / mais il ont pas voulu m’rembourser / é peut bien pouayer tout / bon / j’m’en vas là-bas / j’m’en vas d’aveuc eune peissonnière dé Caumont / é s’en allait jusqu’à Paris é s’en allait vè s’n homme dans l’Nord elle / é prenait à la gare du Nord et pu mè j’prenais à la gare de l’Est / [i s’battaient aussi] / ah mais il ‘tait su l’Front li / man bonhomme il ‘tait à l’arrière / mais no véyait les canons no véyait tout no z’entendait tout / bon no z arrive là-bas / j’ai été / en m’en allant couchi / un train vous savez un train eune espèce dé train pas de marchandises mais cha marchait pas vite / en m’en r’venant j’ai pris à sept heures le matin j’ai rarrivé qu’à sept heures du sè à Caen / oh ben fi d’garce ch’était long / et pu attendez / j’ai été huit jouors là-bas bon / j’arrive là-bas / d’abord faut qué j’vous dise l’commandement j’arrive là-bas / j’avais tous les papiers voulus pour aller à la caserne je demande où qu’ch’est qu’ch’était mè je n’savais pas rien du tout j’trachiais partout / ch’était pas une ville qu’était bien conséquente ch’était / à peu près comme Littry là / à peu près / et ben mais / j’arrive au poste / tout l’monde m’diétait qu’j’étais couéffie en bounnette / tout l’monde m’dietait tout l’monde m’dietait tout l’monde m’dietait / j’m’demande tchi qu’il ont à m’diéter coume cha / il avaient jamais vu cha / les soldats s’présentaient pa la f’nêt’ y a une dame qu’est à la porte diète comment qu’elle est couéffie / i s’présentit itou li / ch’est ma femme / [rire] / i voulait pas crère / d’abord i savait pas qué j’y allais / bon il arrive i d’mande eune permission pour véni i vient / tous les jouors i v’nait i couchiait no couchiait à l’hôtel / et pu i s’en r’tournait l’matin / i r’demandait eune permission pour la journée / anieut j’dis j’m’en r’vais d’main à matin / tous les jouors comme cha tous les jouors comme cha / mais à la fin j’aime pas tellement rester là mè / merde j’m’en vas / huit jouors que j’y ai été / j’en ai dépensé d’l’argent j’érais mieux fait d’la garder pour mè mais enfin cha fait rien / j’ai pas d’argret j’ai toujou vu su pays-là / [rire] / j’dis l’lend’mouain / j’dis un bon coup / j’dis demain à matin j’m’en vas y a rien à faire / j’me l’vais à l’heure du train qui part / à sept heures / là-bas à Brienne / alors no z’arrive à Troyes là-bas / j’avais pas mouji ni rien j’m’en vas / là-bas / y avait un bouon arrêt là / eune heure et demie peut-être / j’dis j’vais trouver à bouloter quéque part / j’m’en vas dans eune bel hôtel ch’était tous officiers qu’étaient là-d’dans / heula j’dis j’vas pas mougier là-d’dans / y avait l’mait’ d’hôtel qu’était là / qui disait tchi qu’fallait vos servi tout cha / j’ai mouji eune omelette mé toujou / et pu un verre de vin blanc qu’j’ai bu / cha m’a r’monté l’moral / j’ai pouèyi j’m’en rappelle pas combien je me rappelle pas combien qu’j’ai payé / tchi qu’i / i c’mandaient li l’bonhomme là-bas / ch’était tous officiers qu’étaient là-d’dans / i m’diétaient d’aveuc cha cha m’coupait l’appétit / ch’est forché / et pu j’étais assise à ieu tabe / hein / une grande tabe qu’était longue / [tous hommes forcément] / tous hommes / cha m’gênait pas qu’cha sè des hommes j’m’en fous / ch’était putôt / cha m’intimidait de vè tout cha / tous habillés en officiers et tout cha / et pu ieux causaient d’là dierre et tout l’bazar / [et puis en plus i parlaient en français vous auriez eu du mal i vous auraient p’têt pas comprise] / ah mais si i causaient en français / oh mais j’aurais bien compris quand même / [c’était pas d’s allemands] / ch’était pas des allemands / ah non no z’était pas su l’territoire où qu’ch’est qu’i s’battaient / j’étais à quarante kilomètres du feu / ch’était pas bien loin quarante kilomètres / ch’était à peu près comme Caen na / alors empreu cha j r’prends l’train / et ben j’ai r’pris l’train il ‘tait onze heures peut-êt’ / onze heures et demie pa là / j’suis arrivée à sept heures à Caen / attendez / ch’était rigolo / j’dormais j’étais fatidyie tchi qu’vous voulez / l’mécanicien dit si vous dormez montez dans l’wagon auprès d’la locomotive là-bas / i va directement su Bayeux / bon j’monte là-d’dans / je me suis endormie savous bien où qu’ch’est que j’me suis révillie / [à Bayeux] / à Carpitchet que j’me suis révillie / [ah mince] / à Carpitchet / pas loin d’Bayeux / Audrieu par là / quanqu’j’ai rouvert les yeux /ch’était douze treize bonhommes qu’étaient assis à côté d’mè / j’disais dans ieux je m’demande tchi qu’ch’est que sté bonne femme qui dormait tant / véyous que j’m’érais pas révillie où qu’ch’est qu’j’allais aller / à Cherbourg / ah fi d’garce merde / et ben j’ai r’pris / empreu cha il ‘tait quatre heures d’à matin quand j’ai rarrivé à Bayeux / à quatre heures ch’était pas sept heures ch’était quatre heures / j’ai rarrivé à Bayeux à quatre heures / j’ai pris mes gambes à man couo j’m’en suis v’nue à Noron à pied / [silence] / man frère s’levait pour aller botteler / j’me couche  à sa plache / [c’était au mois d’juin] / oui / au mè d’juillet / ch’était à la fin d’juillet ou en août pa là / je me sieus couchie / j’me sieus relevée l’sé pour m’en r’tourner à mon travâl r’prendre men travâl / r’coucher tcheu man patron / je me sis relevée que l’lendemain à matin / j’ai dormi sans réveiller ni sans boulotter sans rien / j’étais lassée / heula /