Livre d’or

Si vous avez aimé un article ou si vous voulez partager votre point de vue avec les autres internautes, n’hésitez pas à laisser un message.

9 réflexions au sujet de « Livre d’or »

  1. Chapeau…Pierre, pour ce colossal travail d’archivage. c’est l’œuvre d’une vie…
    Encore merci pour cette « pierre » que tu apporte a l’édifice.
    Et au plaisir de t’entendre ou te réentendre parler et jouer (du violon bien sûr).
    Amitié David & Olga.

  2. bonjour
    c’est formidable votre travail sur le patois normand,et surtout c’est avec beaucoup d’émotion que je découvre les photos de mon arrière grand mère Charlotte Catherine,
    et entendre sa voix .
    un grand merci.
    Amicalement
    François

  3. mon 1er message n’est pas passé. Donc merci à M. Boissel pour son travail, d’avoir apporté un rayon de soleil à ma grand’mère qui attendait avec impatience sa venue. Guitare à la main + magnéto et grand’mère chantait, j’ai passé toutes mes vacances au Breuil, la vie était si simple et les gens acceuillants, que de souvenirs la « Mère Cat » a emporté avec elle.

  4. bonjour!
    quel plaisir d’entendre ces mots, ces intonations et surtout ce rire et cette voix. je me retrouve assise à la table de l’unique pièce de la maison de ma grand mère, la toile cirée vichy rouge et blanche bien tendue et on déguste des crème dessert Mont Blanc à la vanille. Charlotte est ma grand-mère. c’est avec émotion que je la vois et l’écoute. et une pensée particulière à mon Papa , Roger Catherine.

  5. Bonjour,
    Immersion à la fois brutale et douce dans mon enfance grâce à ces récits. J ‘entends ma grand-mère parler, rire, j’entends les bruits de sa maison. Et cela fait tant de bien!!!MERCI
    PS:Quand pourrons nous entendre les enregistrements de chansons????

  6. Bonjour,
    Ce site est très plaisant à parcourir, on souhaiterait qu’il se développe et qu’il prolonge le lien avec nos anciens. Je n’ai jamais parlé Normand, je l’ai entendu, sous différentes formes, sur les marchés, dans les rues, à la campagne… il est (était) la langue du quotidien, de la terre et de la mer. Il est aussi, et surtout, le parler des histouères, des contes et des chansons, celui de la transmission.
    Il est toutefois un domaine qui est peu représenté (mais je ne suis guère spécialiste), c’est le registre de l’amour, celui de la rencontre amoureuse, de la déclaration. Je n’ai entendu qu’une fois une dame très âgée relater en 3, 4 mots la façon dont son cousin avait dit je t’aime à sa future : ces mots, cette émotion, le phrasé se sont imprimés en moi. Depuis, je recherche en vain cette langue amoureuse en normand. Peut-être qu’au hasard de vos rencontres, de vos collectes (et en dehors des textes qui ne donnent ni le phrasé ni la simplicité naturelle de la diction, comme d’une langue étrangère qu’on ne possède pas à l’oral), en avez-vous entendu ? Peut-être aurez-vous l’occasion de nous en faire entendre ou avez-vous connaissance d’une collecte autour de ce thème ? Quoiqu’il en soit, je tenais à vous remercier pour votre site et votre travail.

    En vous souhaitant de bonnes fêtes.

  7. Bonjour,
    j’adore votre site, bcp d’informations montrées à l’aide des cartes et avec des interviews. Cela va bcp me servir pour ma thèse sur le patois normand.
    Merci bcp, votre travail est énorme,
    y-a-t’il aussi une telle page pour le Bocage virois et le Cotentin?
    Bonne journée et n’hésitez pas à m’écrire.-)
    Bien cordialement,
    Ann-Catrin Feige (allemande et ancienne assistante de langue à Vire) – c’est en fait la raison pour laquelle j’ai choisi ce thème-là, car je suis tombée amoureuse de la verte Normandie et j’ai chrché des raisons pour lesquelles je pouvais toujours y revenir.-)voilà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *